«Rien n'est plus facile que de dénoncer un malfaiteur; rien n'est plus difficile que de le comprendre» ---Fédor Dostoïevski

mercredi 14 janvier 2009

Gangs et Djihad (Yo man)

La police britannique annonce craindre une pénétration des recruteurs djihadistes au sein des gangs de jeunes délinquants. Apparemment, plusieurs membres ou anciens membres de ces gangs sont convertis à l'islam et en défendent une vision radicale et violente.

La crainte de la police est cependant fondée sur une mauvaise logique. En effet, il est peu probable que les recruteurs d'al-Qaïda aillent eux-mêmes convertir ces gangsters. Ce sont plutôt ces gangsters qui se convertissent pour diverses raisons (recherche d'identité, se donner un style, etc.) et ensuite réintègrent le gang et aident à propager le phénomène de conversion. Le problème de ces individus est évidemment qu'ils sont déjà préparés et entraînés à la violence. Ils présentent donc une menace réelle.

De manière plus générale, cette connexion entre djihad et gangs relève de ce qu'on pourrait qualifier de "culture du djihad hip-hop", c'est-à-dire ces jeunes qui chantent des chansons au message haineux et reproduisent des dialogues et des scènes vues à la télé ou sur internet. En Allemagne, il y a quelques mois, deux jeunes montaient une embuscade contre des policiers pour faire comme dans une vidéo de propagande circulant sur le net. Le djihad deviendrait-il un "phénomène de mode"? Pour certains, peut-être...

1 commentaire:

Frédéric a dit…

Le ''gang de Roubaix'' est un exemple de ce passage du banditisme ''classique'' à un banditisme ''politique''.