«Rien n'est plus facile que de dénoncer un malfaiteur; rien n'est plus difficile que de le comprendre» ---Fédor Dostoïevski

mardi 5 février 2008

La Liste des Cibles Terroristes en France Signe d'Amateurisme

EXCLUSIVITE DU FRONT ASYMETRIQUE. La France est en état d’alerte. Le 4 janvier, un site internet islamiste appelait ses lecteurs à lancer des attaques terroristes contre Paris. Quelques jours plus tard, le Portugal puis l’Espagne annonçaient avoir découvert d’autres signes d’une menace potentielle contre la France. Le « Front Asymétrique » a obtenu en exclusivité la liste des cibles potentielles mise en ligne le 4 janvier sur le site al-ekhlas. La liste a été obtenue via le Middle East Media Research Institute (MEMRI), un think tank qui surveille les forums islamiques.

Certaines cibles sont « logiques ». La tour Eiffel est un classique dans le genre. Le symbole de Paris était déjà la cible présumée des terroristes en 1994, lorsqu’un commando du GIA algérien avait détourné un avion. Un message capté par l’aviation portugaise le 10 janvier dernier appelait également à une attaque contre la tour Eiffel. Les aéroports Charles de Gaulle et Orly sont aussi inscrits sur la liste en raison du grand nombre de passagers qui y transitent chaque jour. Enfin, le palais de l’Elysée, la Défense ou le Louvre ont une énorme portée symbolique.

D’autres cibles sont plus surprenantes. Par exemple, plusieurs magasins de luxe (situés notamment sur les Champs Elysées) figurent sur la liste. Bien qu’une attaque contre l’un des magasins mentionnés provoquerait sans aucun doute des victimes, la portée symbolique de ces cibles est discutable (Qu’est-ce qui est visé ? Les civils ? Le capitalisme ? L’occident ?). Plus surprenant encore : l’inclusion de zones à relativement faible densité (comparé à d’autres endroits) et à faible portée symbolique tels que Fontainebleau, le bois de Vincennes ou le bois de Boulogne.

Enfin, l’absence de certaines cibles est également déconcertante. Les lieux sportifs comme le stade de France ne semblent pas intéresser l’auteur de la liste. Ni les transports en commun (à part les 2 aéroports), pourtant souvent ciblés par les terroristes. Au rang des absents aussi, la mairie de Paris. Alors que Bertrand Delanoë est désigné comme cible dans le même message.

L’auteur de la liste confie avoir basé ses recherches sur Wikipédia, l’encyclopédie en ligne. Cette confession suggère que l’auteur n’est peut-être pas très familier avec Paris. Mais il est surtout intéressant de noter que certains terroristes ont recours à Wikipédia, un instrument souvent critiqué pour son inexactitude et sa subjectivité.

La liste, son élaboration via Wikipédia et sa justification sur le site islamique laissent planer un sentiment d’amateurisme, voire de naïveté chez son auteur et ses lecteurs. Par exemple, le message affirme qu’une attaque à Paris « retournerait le public contre Sarkozy et affaiblirait sa popularité ». En réalité, il est très difficile de prévoir les conséquences politiques d’une attaque terroriste comme démontré par les deux cas opposés du 11 septembre aux Etats-Unis et du 11 mars en Espagne. Alors que la popularité de Bush a grimpé après les attentats, Aznar a perdu les élections. En fait, la réponse du gouvernement à une attaque terroriste est sans doute beaucoup plus déterminante que l’attaque elle-même.

Le message affirme également qu’une attaque causerait « l’effondrement de l’économie française ». Il est vrai qu’un attentat à Paris aurait des répercussions négatives sur l’économie et le tourisme à court terme. Cependant, à long terme, les effets sont beaucoup plus incertains. Dans l’ensemble, le terrorisme a tendance a créé un ralentissement économique, mais pas de crise.

Enfin, le message déclare qu’une attaque sur Paris aurait pour conséquence « contrairement à ce que tout le monde pense, de forcer les autorités à lever la surveillance des communautés musulmanes pour résoudre la crise [née des tensions entre musulmans et policiers]. Ce qui facilitera [à son tour] la création de cellules jihadistes ». Au contraire, une attaque terroriste accroîtrait le contrôle policier, surtout si l’attentat est orchestré par une cellule implantée en France. Et il n’y a aucun doute que la grande majorité de la communauté musulmane française serait aussi choquée que le reste de la nation par une attaque sanglante sur le sol français, et réagirait de manière négative vis-à-vis du groupe terroriste à l’origine de l’attentat.

3 commentaires:

Frédéric a dit…

Bizarre, vous avez un lien sur cette liste ?

Thomas Renard a dit…

La liste est disponible sur demande à MEMRI.

François Duran a dit…

« En fait, la réponse du gouvernement à une attaque terroriste est sans doute beaucoup plus déterminante que l’attaque elle-même » écrivez-vous fort justement, une attaque terroriste étant avant tout une opération dont l’ampleur des conséquences psychologiques doit être disproportionnée par rapport aux traumatismes physiques subies. Aux réactions du gouvernement, j’ajouterai simplement que celles des populations le sont tout autant, interagissant, parfois en osmose (cas des USA après le 09/11), parfois en la rejetant (cas espagnol), avec l’action gouvernementale.
A ce sujet, il est primordial pour tout gouvernement de savoir « préparer » sa population à gérer un événement aussi moralement traumatisant qu’une attaque terroriste. Le concept de « résilience » en matière de gestion pré et post attentat est particulièrement prometteur et constitue sans doute une réponse gouvernementale intelligente, proactive et relativement aisée à mettre en place. Encore faut-il que la volonté y soit…
Joseph Henrotin, que vous connaissez puisque c’est par son intermédiaire que j’ai découvert votre blog, a brillamment écrit sur le sujet. Je laisse deux liens à ce propos, pour ceux qui souhaitent en savoir plus :
http://www.rmes.be/C2005-95.htm
http://www.rmes.be/Resilience_et_antiterrorisme_en_Belgique%5B1%5D%20(1).pdf
Bonne continuation pour votre site et tous mes vœux de succès. Tiens, je vais vous mettre en lien sur le mien…
Cordialement.
François Duran.