«Rien n'est plus facile que de dénoncer un malfaiteur; rien n'est plus difficile que de le comprendre» ---Fédor Dostoïevski

samedi 9 février 2008

Le Déclin d'Al-Qaïda en Irak et la Dynamique Terrorisme/Insurrection

Un article sur al-Qaïda en Irak (AQI) paru dans le Washington Post de ce vendredi mérite un peu d’attention. En substance, l’article affirme qu’al-Qaïda aurait ordonné à ses membres d’ « adoucir » ses méthodes – c’est-à-dire de stopper ses attaques contre les Sunnites – après avoir constaté une chute vertigineuse de la popularité du groupe dans la province d’Anbar. Le nombre de membres serait tombé de 12.000 à 3.500. Une note interne trouvée par l’armée, dont l’authenticité doit encore être confirmée, demandait aux membres d’AQI de « se dédier à combattre le vrai ennemi [américain et chiite] uniquement afin d’éviter d’ouvrir un nouveau front contre les Arabes sunnites ». Depuis l’offensive américaine lancée par Petraeus, le nombre d’attentats dans la province d’Anbar a chuté. Simultanément, cause ou conséquence, AQI a perdu du terrain.

Dans son blog, Stéphane Taillat, doctorant spécialisé sur la contre-insurrection irakienne, note que « si AQI reste la principale menace contre les populations chiites des zones mixtes, l’organisation terroriste, en dépit de ses déclarations tendant à focaliser les actions contre elles, n’est plus qu’un danger marginal pour les forces américaines… ». Douglas Farah, journaliste au Washington Post, constate sur son blog que « les groupes [terroristes] n’ont pas seulement des difficultés en Irak, mais aussi dans le monde islamique en général. Le niveau de violence contre les Sunnites perpétré par les groupes islamistes sunnites s’avère impossible à accepter pour beaucoup de gens. Le résultat est que le soutien financier à AQI est apparemment en déclin. C’est dans ces moments où les nouvelles sont encourageantes qu’il faut profiter de l’avantage. Ces groupes ne partiront pas de manière volontaire. Ils doivent être repoussés. Et cela n’arrivera que si les gens perçoivent que la lutte contre les islamistes est dans leur propre intérêt. Pas dans celui des Etats-Unis ou de n’importe qui d’autre ».

A ces analyses, je voudrais rapidement ajouter plusieurs remarques qui me semblent importantes

Tout d’abord, ce déclin d’AQI est limité pour l’instant à la province d’Anbar, et donc les conclusions tirées ne peuvent être appliquée à l’ensemble de l’Irak. Deuxièmement, la dynamique terrorisme/insurrection observée dans ce cas-ci est extrêmement intéressante. Ce que la note interne laisse penser, c’est que AQI se dirige vers un abandon partiel du ‘terrorisme indiscriminé’ tout en renforçant le pôle ‘insurrectionnel’ en essayant, par exemple, de renouer des liens avec les chefs locaux pour maintenir un certain nombre de fiefs. Jusqu’à présent, c’était plutôt la dynamique inverse qui avait été observée : après avoir perdu une bataille sur ‘le front’, les membres d’AQI passaient en quelque sorte du statut d’insurgé au statut de terroriste. Ils se cachaient parmi la population afin de pouvoir y lancer une attaque terroriste. Ce changement de dynamique est un bon signe pour les Américains qui sont en train de gagner « le cœur et les esprits » (hearts and minds) des Irakiens, pour reprendre l’expression si populaire parmi les militaires. Troisièmement, de manière tout aussi intéressante, ce changement de stratégie souligne encore une fois la grande capacité de réflexion et de réaction d’al-Qaïda. La capacité d’adaptation des groupes terroristes est souvent sous-estimée. En fait, comme l’a constaté Bruce Hoffman, grand spécialiste d’al-Qaïda, les groupes terroristes montrent une très grande résilience une fois qu’ils sont parvenus à passer le cap des 2-3 premières années d’existence. Enfin, il sera intéressant de regarder dans quelle mesure l’ordre sera suivi. Cela devrait donner une bonne indication du contrôle d’aq-Qaïda sur ses militants.

1 commentaire:

Stéphane T a dit…

Je note l'idée du pôle insurrection/terrorisme: AQI doit à son tour s'adapter aux méthodes contre-insurrectionnelles de Petraeus!!! C'est intéressant car cela donne raison aux promoteurs de la COIN qui insistent sur les compétions narratives entre les différentes factions.